• Le chant : foyer d'émotions et raison d'être.

    Rapport au chant : du plaisir avant tout !

    Je dois vous dire (avant de parler de pratique) que le chant, comme aucun autre instrument, reste unique car il fait corps et est alimenté par notre coeur (promis, on ne sortira pas les violons !).

    Donc, chanter pour certains c'est comme être touché par la grâce (sans vouloir la jouer "American Dream" !).

    C'est pourquoi j'oserais dire que dès lors que notre cerveau reptilien entre en jeu, cette magie est menacée.

    La technique au service de l'artistique et pas l'inverse...

    Bon nombre de pédagogues vanteront les bénéfices de l'aspect anatomique et technique du chant (savoir chanter avec son diaphragme, plaquer votre langue, sentir ses zones de raisonnances, respirer par le ventre...) bref tout ce qui est sensé vous apporter une bonne "maitrise" de votre voix.

    Mon avis sur la question reste des plus mitigés.

    Bien sur, pour ce qui est d'une aide précieuse visant à protéger votre organe, l'enseignement est indubitablement à prendre en compte et ceux qui gagnent "leur vie" avec ne me contrediront pas car, il est vrai qu'afin de pouvoir l'utiliser souvent et longtemps, le chanteur doit ménager sa monture...

    Néanmoins, cela ne doit en rien entraver l'élan et/ou anihiler la passion et bien souvent c'est ce qui arrive. Alors le travail oui, l'acharnement, NON !

    Et cela peu de professeurs de chant l'admettront (bah oui, c'est leur gagne-pain en même temps...)

    Breeeeeef...

    C'est un peu comme si on vous disait au moment de votre saut à l'élastique de prendre en compte tellement de paramêtres que cela vous enlève définitivement l'envie de sauter !

    Le chant c'est déjà beaucoup d'émotions à gérer sans, qu'en prime, on vous demande d'épier toutes les postures de vos organes ou répéter inlassablement des gammes pour maitriser les passages !

     

    Main de fer dans un gant de velours.

    On est jamais vraiment préparé à franchir une note "difficile", le tract et la peur nous étreignent souvent même lorsqu'on est expérimenté et si vous souhaitez réellement l'appréhender sans risques, la prudence et l'accès à un enseignement devraient être envisagés.

    Mais, sachez tout de même, qu'une bonne part de ce qui fait la beauté du chant réside dans ce premier élan qui nourrit votre motivation et vous pousse à vouloir l'atteindre (cette sacrée note ou à vouloir maitriser ce morceau).

    Comme le challenge tient une place prépondérante dans le processus du chant, les cours devront vous permettre de vous "déployer" sans user ou maltraiter votre instrument et surtout vous permettre de vous économiser même si chanter c'est...d'abord, donner.

     

    Le chant c'est beaucoup d'assurance dans un écrin de doutes

    Ce que vous êtes ou dévoilez dans la vie est une chose, mais ce qui transpire dans votre expression vocale, c'est ce et qui vous êtes intérieurement, spirituellement, culturellement, émotionnellement.

    L'auditeur accède à votre Moi profond.

    Chanter c'est se dévoiler, c'est accepter de se mettre à nu, bref c'est tout bonnement, en avoir...^^

    Que vous soyez angoissé, intimidé, heureux, énervé ou indisposée, votre corps imprimera cet afflut d'émotions sur votre instrument et aucun cours aussi compétent qu'il soit dans sa technicité ne pourra empêcher cela. La richesse de votre voix est aussi le fruit de ces émotions et autant s'en servir dans le meilleur des sens plutôt qu'elle ne vous handicape, non ?

    Chanter : quète de reconnaissance ?

    Nul ne pourra nier que chanter c'est vouloir se dévoiler du mieux que l'on est.

    A des dégrés variables, la quète de reconnaissance motive sa pratique, à moins de ne la pratiquer qu'à but thérapeutique ou ludique.

    Même celui qui admet chanter devant son miroir ou sous sa douche, l'espoir d'être écouté ou de susciter l'intérêt d'une oreille attentive reste une finalité (inavouée ?!) et qu'elle aboutisse ou non, n'enfreint en rien cette motivation.

    Le chant se nourrit de reconnaissance.

     Le chant : sans oreille, pas de voix

    Chanter faux vient d'un décalage entre l'écoute et l'idée que le cerveau se fait de la reproduction du son entendu.

    Il donc pas possible d'apprendre à chanter juste (Problème oreille interne et/ou externe) si on n'a pas un tant soit peu d'oreille !

     


     

     

     

     

    Qui suis-je? »
    Yahoo!

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :